Suivi Temporel des Rhopalocères de France (STERF)

Le Suivi Temporel des Rhopalocères de France (STERF) est un observatoire des papillons diurnes, lancé en 2006 par le Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris sur l’ensemble du territoire. Il vise à fournir un outil d’évaluation de la santé des communautés de papillons diurnes (rhopalocères), à l’instar de ce qui est fait en France sur les oiseaux depuis une vingtaine d’années (programme STOC), et dans d’autres pays d’Europe sur les papillons.

Ces programmes de suivi ont permis de quantifier les variations de populations des différentes espèces, notamment en fonction des préférences d’habitats. Leur pertinence est telle que les indicateurs qui en sont tirés sont utilisés au niveau européen pour suivre les conséquences des changements climatiques sur les populations de papillons et pour orienter les politiques d’aménagement.

Le projet en Indre-et-Loire

Après les oiseaux, le groupe animal le mieux étudié en Europe est celui des papillons diurnes, dits rhopalocères. Dans le cadre de suivis de tendance, les papillons de jour sont particulièrement intéressants, car ils sont très sensibles aux modifications de l’habitat (disparition des zones humides et pelouses sèches, dégradation par les produits phytosanitaires) et aux changements climatiques. Par ailleurs, ils ont un avantage pratique : ils sont facilement observables sans nécessiter systématiquement de capture ou d’équipements spécialisés et sont donc bien adaptés au recensement par des naturalistes spécialisés ou plus généralistes.

La déclinaison du programme STERF en Indre-et-Loire s’inscrit dans la volonté de disposer d’un indicateur de la biodiversité et de contribuer à un programme national. C’est aussi l’occasion de dynamiser le réseau bénévole autour des rhopalocères, d’enrichir leur connaissance du territoire, puis de sensibiliser le grand public à la préservation des papillons et de la biodiversité au sens large.

En 2016, la SEPANT a initié le suivi d’une première série de mailles STERF sur le département, et a multiplié depuis le nombre de mailles suivies. L’ambition est de proposer à chacun de s’impliquer dans ce dispositif reconnu, afin d’étudier de plus près les papillons de nos contrées.

Chemin forestier

Habitat forestier favorable au rare Bacchante (Lopinga achine)

Un protocole standardisé

Le protocole consiste à inventorier une fois par mois des mailles représentatives du territoire, au cours de la période favorable (mai-août). A l’intérieur de chaque maille, l’observateur défini librement 5 à 10 transects (ou parcours) d’une longueur telle qu’il faille environ 10 minutes pour compter les papillons présents lors du pic d’abondance.

Chaque année, des sorties sont proposées aux bénévoles désirant se former au protocole STERF et contribuer à la recherche des espèces emblématiques de l’Indre-et-Loire.

Pour participer à ce programme, nous vous encourageons à prendre contact et à consulter les documents mis à disposition.

Les premiers résultats

Depuis 2016, 81 espèces ont été observées – soit 75% des espèces mentionnées dans le département – dont près d’un quart sont considérées patrimoniales. Plus de 8500 données ont été récoltées sur l’ensemble des mailles.

Après quatre années de suivi, nous ne disposons pas encore du volume suffisant de données pour dégager des tendances indépendantes des variations interannuelles. Il est donc nécessaire de poursuivre cet effort de suivi les prochaines années.

Ce programme fut l’occasion de découvrir de nouvelles stations d’espèces rares (Cuivré des marais, Damier de la succise, Azuré du serpolet,…) et d’observer quelques curiosités dans la phénologie (période de vol de l’adulte) d’espèces comme le Thécla de la ronce et la Lucine

Diversité spécifique cumulée par maille

Bacchante

2019, une belle année pour la Bacchante

2019 en quelques chiffres…
 

34 mailles comprenant 248 transects ont pu être suivies au moins 3 fois

78 espèces ont été recensées parmi les 9 647 papillons comptabilisés

10 espèces patrimoniales observées dont cinq protégées à l’échelle nationale

3,7 % des individus observés n’ont pas été identifiés jusqu’à l’espèce

Quelques espèces d'Indre-et-Loire

Zoom sur le Damier de la succise - Euphydryas aurinia

Damier de la succise

Les populations sont fortement soumises aux fluctuations interannuelles et ont une dynamique de type métapopulation avec des processus d’extinction et de recolonisation locale. Le parasitisme et les conditions météos lors de la période de vol sont les deux principaux facteurs responsables de ces fluctuations locales de populations. L’année 2019 aura été une année particulièrement propice à l’espèce avec des nombreuses stations (re-)découvertes  ! © SEPANT


Deprecated: La fonction _register_controls est obsolète depuis la version 3.1.0 ! Utilisez Elementor\Controls_Stack::register_controls() à la place. in /homepages/27/d242789102/htdocs/sepant_2020/wp-includes/functions.php on line 5379

En savoir plus...

Un bilan du suivi est publié chaque année. Vous pouvez consulter dès à présent le bilan 2019.