L'histoire de la SEPANT

La SEPANT est née le 27 décembre 1966 à partir de la Société des Sciences naturelles de Touraine où un certain nombre de membres du comité directeur ont voulu créer avec l’accord de ceux restés à la Société des Sciences, une société de Protection de la Nature indépendante.

Héritage scientifique

Elle obéissait à l’impulsion donnée par le professeur Vincent Labeyrie, biologiste, fondateur du laboratoire d’écologie de la faculté des Sciences de Tours. Elle est d’abord née sous le nom de Société pour l’Étude et la Protection de la Nature dans le Val de Loire et elle est devenue SEPANT le 22 avril 1967 car le professeur Labeyrie souhaitait créer une Fédération régionale, la SEPAN : Société d’Étude et de Protection de la Nature de la Loire moyenne destinée à s’appuyer sur un certain nombre de sociétés départementales fédérées (1).

Historiquement, la SEPANT est aussi née de la rencontre entre Vincent Labeyrie qui allait bientôt créer en 1969, le CESA, Centre d’Études supérieures de l’Aménagement et Marc Jacquet, conseiller général, soucieux de préserver une partie du camp américain de la forêt de Chinon au départ de leurs troupes en en faisant une réserve cynégétique et une zone d’accueil de classes vertes et enfin Pierre Robin, ingénieur en chef d’Agronomie, responsables des services agricole puis directeur du lycée agricole de Fondettes.

Légende de l’image

L’association s’est fait connaître à propos de sujets majeurs qui ont parfois absorbé plusieurs années de lutte :

  • la protection des îles de la Loire
  • l’affaire Danbros : pollution aux triazines d’une partie de la zone industrielle de Joué-les-Tours
  • l’élaboration du Livre Blanc de l’Environnement au niveau régional
  • l’achat et la protection en 1971 de quarante hectares des Puys du Chinonais, collines au nord de Chinon hébergeant une flore originale et rare
  • le choix raisonné d’un itinéraire autoroutier Tours-Angers évitant les massifs forestiers
  • la défense de la Loire vivante
  • La bataille juridique autour de la construction du pont Voisin sur la Loire
  • la gestion des eaux potables
  • la lutte contre les pollutions

Les acteurs historiques de l'association

Le premier président fut Louis Marsigny, maître de conférences de chimie au collège universitaire de Tours.

(1) Après Vincent Labeyrie, ses présidents suivants furent Roger Aguesse de la Faculté des Sciences d’Orléans et le Chanoine Corillion de la faculté catholique d’Angers.

Les vice-présidents furent Marc Jacquet et Vincent Labeyrie ; le trésorier Jean-Pierre Berton, biologiste attaché de recherche au CNRS, et on comptait encore dans le conseil Yves Babonaux, géographe, spécialiste de la Loire, et Jacques Dubois, professeur de physique et de chimie.

Quatre commissions avaient été crées d’emblée : espaces forestiers (Dr Jacquet), espaces verts urbains (Mademoiselle Maye), La Brenne (J.-P. Berton) et pollution (L. Marsigny).

La SEPANT a bientôt fait partie de la Commission des Sites, perspectives et paysages, puis d’autres commissions préfectorales ; elle a régulièrement participé aux foires agricoles de Tours.

Deux personnalités sont venues la rejoindre organisant de nombreuses sorties de terrain jusque dans des pays européens : Jean-Mary Couderc à partir de 1970 (sciences naturelles et protection de la nature) et François Botté (botanique et entomologie).

L'association et les enjeux d'aujourd'hui

Le projet associatif de la SEPANT propose des actions locales en cohérence avec les enjeux environnementaux mondiaux afin de répondre localement aux grandes crises que sont le dérèglement climatique et la perte de biodiversité.

L’action de la SEPANT est particulièrement orientée à l’heure actuelle vers la protection de la biodiversité, à travers des inventaires naturalistes, ou la gestion des mesures d’urgence liées à la construction de la LGV Tours-Bordeaux ; vers la réduction des déchets et l’amélioration de la gestion de ceux-ci ; la réduction de l’utilisation des pesticides, l’amélioration de la qualité des eaux, ou l’éducation à l’environnement.

Comme ses fondateurs l’avaient souhaité, la SEPANT a développé sa capacité à fédérer les associations locales de l’Indre et Loire. La SEPANT fait elle-même partie du réseau national de France Nature Environnement.

(1) Après Vincent Labeyrie, ses présidents suivants furent Roger Aguesse de la Faculté des Sciences d’Orléans et le Chanoine Corillion de la faculté catholique d’Angers.