permaculture et biodiversité

Le projet Permaculture et biodiversité s’est déroulé en Indre-et-Loire entre 2017 et 2019 avec pour objectif d’étudier le lien entre les pratiques utilisées en permaculture et la biodiversité. L’étude s’est concentrée sur 7 fermes maraîchères en agriculture biologique (à tendance permacole) et sur les carabiques principalement, auxiliaires de cultures.

Nous avons trouvé  un lien entre les éléments semi-naturels (haies, bandes enherbées) et l’abondance en carabes. L’abondance en carabe augmente avec l’augmentation du linéaire de haies et de l’indice de diversité paysagère. La richesse spécifique de la végétation des bords de champs a également un impact positif sur l’abondance des carabes.

 La permaculture, dans sa conception, favorise l’implantation et le maintien de haies, de bandes fleuries, et des mosaïques de culture. A travers ces pratiques, elle participe donc à la préservation de la diversité et de l’abondance des carabes. 

Le projet en Indre-et-Loire

Localisation des 7 fermes étudiées en Indre-et-Loire (Augustin Soulard)

Le projet Permaculture et Biodiversité est coordonné par la SEPANT en partenariat avec Biocentre, CETU INNOPHYT, l’Université de Tours, et l’association Entomologie Tourangelle et Ligérienne (ETL). Ce projet est financé en partie par la fondation LISEA Biodiversité, qui est chargé de soutenir des projets de préservation du patrimoine naturel dans les départements concerné par la LGV Bordeaux-Tours., le conseil régional et le conseil d’départemental.

La permaculture est une méthodologie de pensé pour la conception de système agricole. Ainsi elle est difficile à définir par des techniques mais respecte néanmoins 3 éthiques qui la définissent : prendre soin de la Terre, prendre soin des Hommes et redistribuer les surplus. Les pratiques qui en découlent sont semblables à celles de l’agroécologie : association de cultures et rotation, fertilisation organique, lutte biologique…

La naissance du projet Permaculture et biodiversité est né d’une observation : si la permaculture est réalisée dans le but de produire tout en préservant la nature, très peu d’études sont réalisées concernant les effets de la permaculture sur la biodiversité, dont les auxiliaires de cultures.

L’enjeu de notre étude est donc de préciser le lien entre la permaculture et la biodiversité. L’étude porte sur les carabes, des insectes de l’ordre des coléoptères. 

Les principaux résultats

Dans l’étude, on trouve  une plus grande diversité de carabes dans les exploitations ayant les bandes enherbées contenant une plus grande diversité végétale.

Dans l’étude, on trouve une plus grande diversité de carabes dans les paysages qui contiennent plus de haies. 

Poecillus Cupreus, un carabe retrouvé en nombre dans les fermes

Le projet en quelques chiffres :

5198  carabes identifiés en 3 ans 

1573  Poecillus cupreus (image ci-contre) comptés en 3 ans.  C’est l’espèce la plus abondante parmi les 7 fermes étudiées. 

127 espèces de carabes retrouvés, sur les 373 présentes en Indre-et-Loire

En savoir plus...

Un bilan de l’étude a été publié dans le Bulletin Touraine Nature N°51 de décembre 2019.

Les partenaires de cette étude

Pour aller plus loin


Deprecated: _register_controls est obsolète depuis la version 3.1.0 ! Utilisez Elementor\Controls_Stack::register_controls() à la place. in /homepages/27/d242789102/htdocs/sepant_2020/wp-includes/functions.php on line 5323