Concours des pratiques agro-écologiques des prairies

Auparavant intitulé « Prairies fleuries », le concours général agricole « Pratiques agro-écologiques, Prairies & Parcours » s’adresse exclusivement aux éleveurs. Les prairies éligibles sont des herbages non semés, riches en espèces (prairies naturelles) qui sont fauchés et/ou pâturés pour nourrir le bétail.Le concours récompense les éleveurs dont les pratiques agro-écologiques exemplaires contribuent activement à la préservation de la biodiversité. Il rassemble les acteurs agricoles et environnementaux sur le terrain et sensibilise le public à l’importance de l’agriculture, et en particulier l’élevage, pour le maintien de la biodiversité et l’attractivité des territoires.

 

 En 2022, la SEPANT et le parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine organisent le concours en Indre-et-Loire, sur le périmètre étendu des vallées du Changeon, du Lathan et la Roumer. Le lauréat
du concours local aura l’occasion de participer au concours national
2023 et ira défendre sa place au salon de l’agriculture.

Participer en tant qu'éleveur en 2022

Vous êtes éleveurs, ayant des prairies sur les communes de Rillé, Hommes, Gizeux, Continvoir, Langeais, Bourgueil, Benais, Coteaux-sur-Loire, Avrillé les ponceaux ou Restigné, vous pouvez participer !

 Pourquoi ?   Le concours permet de mettre en valeur le rôle des éleveurs dans la préservation des milieux naturels. Les prairies naturelles alliées à des pratiques agroécologiques sont des atouts pour la biodiversité et la qualité de l’eau, le stockage de carbone. C’est également l’occasion de favoriser les échanges entre les naturalistes, les agronomes,  les apiculteurs et les éleveurs. 

Comment ? En prenant contact avec les organisateurs locaux au plus tôt, et avant le 15 mai 2022 pour avoir plus de renseignements. Il faudra par la suite sélectionner une parcelle représentative de l’exploitation, qui sera visitée et notée par le jury. 

Le jury sera composé d’un spécialiste en  production fourragère, de spécialistes faune et flore, ainsi que d’un représentant des apiculteurs pour évaluer de manière globale la parcelle. 

En savoir plus : 

Site du concours général

Paroles d’éleveurs   /   Journal 2020   / 10 bonnes raisons de participer

 

Dates clés  :

  • Inscription avant le 15 mai 2022
  • Passage du jury entre le 30 mai et le 3 juin (présence obligatoire)
  • Remise des prix pour les participants du territoire : automne 2022
  • Février 2023 : participation au concours national et remise des prix au Salon International de l’Agriculture à Paris pour le lauréat d’Indre-et-Loire

 Contacts des organisateurs locaux :

  • Marion BERNARD (SEPANT) : marion.bernard@sepant.fr / 07.83.56.60.75
  • Olivier Riquet (PNR Loire-Anjou-Touraine) : o.riquet@parc-loire-anjou-touraine.fr / 02.41.53.66.00

Zoom sur le concours général des prairies "fleuries"

Règlement national du concours

Le règlement national fixe les conditions d’organisation du concours et de participation. Il est commun à tous, et est complété par le règlement local propre à chaque territoire. 

Règlement local

Réglement local 2022 – En cours d’édition

Les partenaires du concours en 2022 en Indre-et-Loire

Le concours local en 2021

En bleu, le territoire de la zone Natura 2000 “Vallée de la Loire” et en violet le périmètre d’actions étendu

La grande pimprenelle (sanguisorba officinalis) observée dans une prairie du concours © C.Caugant

Le territoire de la Vallée de la Loire en Indre-et-Loire

En 2021, la SEPANT et le conservatoire d’espace naturel Centre – Val de Loire ont organisés le concours en Indre-et-Loire, sur le territoire de la Zone Natura  2000 de la Vallée de la Loire en Indre-et-Loire.

La vallée de la Loire traverse le département d’Indre-et-Loire d’est en ouest.  La richesse écologique de la zone a permis son classement dans le réseau Natura 2000 à double titre : (Directive européenne Oiseaux) ZPS « Vallée de la Loire d’Indre-et-Loire » (FR 2410012) et (Directive européenne Habitat – Faune-Flore) Zone spéciale de conservation ZSC « La Loire de Candes-Saint-Martin à Mosne » (FR2400548). Cette section fait également partie du périmètre de classement Unesco pour sa haute valeur patrimoniale paysagère.

 L’activité agricole est encore bien présente sur ces zones avec, dans le val inondable une orientation privilégiée en polyculture-élevage. Cette activité et encore plus d’élevage spécialisé subit néanmoins une pression très forte de diverses activités qui s’y développent avec pour conséquences : perte de surfaces en herbe et artificialisation des sols. A cela s’ajoute des départs en retraite des éleveurs, la fragilisation économique du monde agricole et la concurrence de l’agriculture intensive par rapport à des activités moins rentables qui participent à la disparition progressive des prairies naturelles sur les bords de Loire. Depuis plusieurs années des actions en faveur de leur préservation de ces prairies humides très particulières et de ces milieux à fort enjeux (biodiversité, zone d’expansion des crues, économique, paysager, protection contre l’érosion des sols.) sont engagées de manière concertée et collaborative au travers la politique Natura 2000. Le déploiement de projet agro-environnemental et climatique (PAEC) à l’échelle de l’ensemble du val inondable ou encore de l’opération Pasto’Loire qui vise à étendre le pastoralisme comme mode d’entretien des bords de Loire constitue des exemples d’actions engagées et opérationnelles.

 Pour cette 1ère année de concours sur ce territoire c’est l’ensemble du val inondable que nous avons visé et ciblé pour ce vaste territoire concerné, en priorité les communes d’Amboise, Limeray, Nazelle-Négron,

 

Le lauréat local en 2021

Catégorie «fauche exclusive»    M. Romanger, éleveur à Noizay

Le jury a tenu à récompenser cette parcelle pour l’importante biodiversité qui s’y trouve et pour la cohérence de l’usage qui en est fait.le lauréat a su s’affranchir des contraintes d’exploitation qu’il a sur cette parcelle en adaptant ses pratiques. Le caractère inondable, qui empêche le pâturage hivernal, lui permet cependant d’avoir une souplesse d’exploitation plus importante en retardant la flore. Cette inondation qui est souvent perçu comme une contrainte est pourtant ici mise à profit par l’exploitant.Le jury a fortement apprécié les qualités écologiques de cette parcelle : la flore est diversifiée puisqu’on y retrouve plus d’une cinquantaine d’espèces, dont plusieurs sont patrimoniales comme la Sanguisorbe. Cette diversité floristique permet aussi d’accueillir une diversité faunistique importante, notamment en entomofaune. Elle permet également de fournir des ressources variées et une bonne partie l’année pour les insectes pollinisateurs.

Enfin, le jury  a souhaité valoriser M. Romanger dont l’exploitation repose en outre sur un système de quasi 100 % de prairies ce qui reste rare sur le territoire où la polyculture-élevage reste largement majoritaire.

Le jury a également tenu à récompenser la qualité des autres prairies présentées à ce concours par les 3 autres candidats, en remettant un prix spécial “excellence floristique”, “excellence faunistique” et “excellence trame bocagère”.

 

Parcelle lauréate de la catégorie “fauche exclusive”

Les partenaires du concours en 2021

Le concours local en 2020

En vert, le territoire de la zone Natura 2000 des Basses Vallées de la Vienne et de l’Indre

La Fritillaire pintade (Fritillaria meleagris) pousse dans les prairies humides

Le territoire des Basses Vallées de la Vienne et de l'Indre

En 2020, la SEPANT et le Parc naturel régional (PNR) Loire-Anjou-Touraine ont organisés le concours en Indre-et-Loire, sur le territoire de la Zone Natura  2000 des Basses Vallées de la Vienne et de L’Indre. Les lauréats
du concours local ont eu l’occasion de concourir pour le titre national en 2021 !

Situées à l’ouest de l’Indre-et-Loire, au cœur du Parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine, les Basses vallées de la Vienne et de l’Indre constituent une vaste zone inondable désignée en site Natura 2000 (ZPS). Ce site est principalement composé de prairies naturelles inondables et s’étend sur 5671 ha et 22 communes. 

L’enjeu de préservation des prairies est très fort sur ce territoire. Sur le plan paysager, la conservation des prairies et du complexe bocager du Véron (Val de Vienne) ont conduit à la création récente d’un site classé, lui-même intégré au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Les enjeux concernent aussi bien les habitats que les espèces : on peut citer la présence assez abondante de la Fritillaire pintade pour la flore. Cette espèce protégée est typique des prairies humides riches en nutriments .On peut noter également la présence d’espèces d’oiseaux prairiaux très menacées telles que le Râle des genêts ou le Tarier des prés pour lesquelles la date de fauche des prairies (entre mai et surtout juin) a un impact majeur. 

L’activité agricole est importante sur le site : 136 exploitants déclarants dont 23 avec au moins 50% de surface sur le site. Elle repose schématiquement sur deux grandes orientations : l’élevage bovin pour la viande et celui pour le lait (de moins en moins présent).

Les lauréats locaux en 2020

 

Catégorie « pâturage prioritaire, fauche secondaire ».    Mme Françoise Chevalier, éleveuse à la Roche-Clermault

Le jury a souhaité récompenser cette parcelle car elle présente le meilleur équilibre agroécologique. La gestion du pâturage tournant réalisée sur la parcelle s’inscrit dans un mode de gestion applicable aux parcelles alentours, et permet de remplir les objectifs de l’éleveuse.Le jury a souligné la cohérence entre les caractéristiques de la parcelle (prairie humide en zone inondable, au sein d’un îlot de plusieurs parcelles ayant une gestion similaire), les objectifs de l’éleveuse (nourrir et maintenir en état un lot de 9 génisses et 2 vaches de mars à novembre, en limitant le risque de parasitisme) et les pratiques réalisées.Le mode de gestion des haies taillées en têtard, ainsi que sa localisation proche de la Vienne et  du bocage du Véron participent au maintien de la trame bocagère. Cette trame bocagère présente de nombreux avantages pour l’accueil et l’alimentation de nombreuses espèces.

 

Catégorie « fauche exclusive ».    M. Damien Coric  et sa parcelle de Saint- Germain-sur-Vienne

Le jury a choisi de récompenser cette prairie car elle présente une diversité intéressante, et une gestion adaptée aux objectifs de l’éleveur et aux enjeux du territoire, tout en participant à l’autonomie fourragère de l’exploitation. Ces enjeux sont la préservation de la qualité de l’eau, la préservation des oiseaux de plaine dont le Râle des genêts et le maintien de l’ouverture du paysage remarquable du val de Vienne, en lien avec le site UNESCO et le futur site classé de la Confluence Loire-Vienne.La diversité floristique est élevée, et au-delà de l’intérêt écologique, permet d’avoir un foin de bonne qualité en quantité. Le foin fibreux est bien valorisé par les vaches allaitantes en hiver, et l’éleveur produit assez de foin pour être en autonomie fourragère et en revendre une partie. Le jury souligne que l’usage agricole réalisé sur la parcelle met à profit le caractère humide de la parcelle qui permet d’exploiter tardivement une végétation plus ou moins précoce, dont le cycle est retardé. Cette prairie, et l’usage qui en est fait, permettent de confirmer l’intérêt des prairies inondables pour les éleveurs et pour la biodiversité, notamment dans un contexte de sécheresses répétées.

 

Remise des prix 2020

Parcelle lauréate de la catégorie “pâturage prioritaire”

Parcelle lauréate de la catégorie “fauche exclusive”

Les partenaires du concours en 2020 en Indre-et-Loire