Passer au zéro pesticide dans nos cimetières !

Évolution de la loi : vers un zéro phyto !

Dans le prolongement de la Loi Labbé votée en 2014, la réglementation concernant l’usage des produits phytopharmaceutiques se renforce pour limiter leur usage dans les lieux de vie, dont les cimetières. Une date à retenir pour les collectivités, le 1er juillet 2022.

 

Limiter l’usage des produits phytopharmaceutiques s’inscrit dans le respect de la DCE (Directive Cadre sur l’Eau) qui a pour objectif  l’atteinte du bon état écologique et chimique des eaux de surface et des eaux souterraines dans l’Union Européenne. La  réduction de ces produits permettra d’améliorer  la qualité des eaux.

Dans cette page, vous retrouverez les méthodes alternatives aux pesticides dans les cimetières, ainsi que les éléments de communication sur ces changements, et des retours d’expérience locaux.

 

Actions sur le bassin versant de la Brenne

Sur le bassin versant de la Brenne, de nombreuses actions ont été entreprises depuis 2017 avec les associations FNE Centre-Val de Loire, la SEPANT et le CDPNE.

Des ateliers ouverts aux collectivités pour les alternatives aux pesticides dans les cimetières ont été entrepris dans diverses communes : Chançay, Neuillé-le-Lierre, Auzouer-en-Touraine…). Ces ateliers ont pris la forme de  chantiers de végétalisation d’allées, semis de pied de murs, plantations d’espaces sensibles, retours d’expérience….

L’enquête réalisée auprès des communes du bassin versant en en 2020 a montré que plus de ¾ d’entre elles ont engagé dans une démarche de réduction de pesticides avant 2017. Cependant une majorité de communes utilisent encore des pesticides dans leur cimetière. Cela ne sera plus possible à partir du 1er juillet 2022.

 

Lieux encore entretenus avec des pesticides en 2020

sur le bassin versant de la Brenne

Lieux encore entretenus avec des pesticides au 1er janvier 2017 sur le Bassin Versant de la Brenne

Les méthodes alternatives

Allée végétalisée

Allée végétalisée ©CDPNE

Les allées

  • Objectif : mettre en place une végétation herbacée, rase, esthétique et qui supporte le piétinement pour limiter les zones de sols nus et le désherbage.
  • Mode de mise en œuvre : semis à l’automne d’un gazon adapté, sur substrat en place sans déstructurer l’assise qui doit rester stable ou bien gestion de la végétation spontanée.
  • Entretien : arrosage possible lors du semis, surveillance des plantes spontanées non désirables, tonte ou/et rotofil.

Il est essentiel de dimensionner les allées en fonction de leurs utilisations pour diminuer le temps de désherbage. Les allées principales avec passage de véhicule fréquent peuvent alors rester minérales et les allées secondaires être enherbées.

Les espaces inter-tombes

  • Objectif : mettre en place une végétation fleurie et rase sur des espaces réduits difficiles d’accès pour éviter un désherbage mécanique ou manuel.
  • Mode de mise en œuvre : plantation de plantes couvre-sol adaptées à la sécheresse (sedum, thym…).
  • Entretien : désherbage éventuel des indésirables les premières années, regarnissage au besoin.
Pour les nouveaux cimetières, il est intéressant de penser l’organisation spatiale des tombes en amont afin d’éviter au maximum les espaces inter-tombes, plus difficiles à entretenir.
Espace inter-tombe

Espace inter-tombes fleuri ©CDPNE

Espace commun

Espace commun fleuri ©CDPNE

Les espaces communs 

Entrée, espaces libres, coins de murs…

  • Objectif : mettre en place une végétation fleurie et esthétique sur des espaces visibles pour limiter les zones nues difficiles à désherber.
  • Mode de mise en œuvre : plantation de vivaces, plantes grimpantes pour apporter une ambiance « jardinée » qui favorise l’acceptation de la flore spontanée.
  • Entretien : désherbage éventuel des indésirables les 1eres années, regarnissage au besoin.

Les pieds de murs

  • Objectif : Mettre en place une végétation fleurie et esthétique sur des espaces visibles assez difficiles à désherber.
  • Mode de mise en œuvre : plantation de vivaces, plantes grimpantes, semis mélange fleuri pour apporter une ambiance « jardinée » qui favorise l’acceptation de la flore spontanée.
  • Entretien : désherbage éventuel des indésirables les premières années, regarnissage au besoin.

Pied de mur fleuri ©CDPNE

Espace hors circulation ©CDPNE

Les espaces hors circulation 

Tombes reprises après la fin d’une concession, secteur de futures sépultures, contre-allées non empruntées …

  • Objectif : mettre en place une végétation permanente ou temporaire pour limiter les zones nues difficiles à désherber.
  • Mode de mise en œuvre : semis à l’automne d’un gazon ou bien gestion de la végétation spontanée.
  • Entretien : arrosage possible lors du semis, surveillance des plantes spontanées non désirables, tonte ou/et rotofil.

Les nouvelles pratiques cinéraires

Cavurnes, jardins de souvenirs

  • Objectif : une opportunité pour transformer et réaménager le paysage du cimetière en limitant les éléments minéraux.
  • Mode de mise en œuvre : intégrer les éléments minéraux dans des ambiances paysagères et jardinées (vivaces, engazonnement…).
  • Entretien : désherbage des indésirables des milieux minéraux.

Cavurnes ©CDPNE

Une communication nécessaire à toutes les étapes

Les habitudes sont souvent bien ancrées chez chacun d’entre nous et des
espaces publics végétalisés à la place d’espaces minéralisés peuvent soulever des
incompréhensions ou des plaintes notamment dans les cimetières.

Il est nécessaire de communiquer sur l’entretien des espaces publics et sur la
transition qu’ils subissent dans une démarche réfléchie et souhaitée. Sensibiliser
aux avantages pour la santé des personnes fréquentant et entretenant ces espaces, aux avantages pour le climat et la réduction des gaz à effet de serre par la diminution de l’usage de pesticides, à ceux pour la biodiversité et aux avantages
pour la qualité de l’eau, cette eau que nous buvons !

Pour ce faire communiquer auprès des administrés par l’intermédiaire de flyers
d’informations, du bulletin municipal et du site internet de la mairie est essentiel.
Pour les cimetières afficher clairement le règlement intérieur à l’entrée permet
une communication plus formelle. Intégrer les habitants aux réflexions en amont,
les inviter à participer à des ateliers de végétalisation et leur rappeler ce qui a été réalisé en aval permet une meilleure compréhension de chacun.

Les panneaux de sensibilisation sur les zones à enjeux sont des alliés utiles pour
la sensibilisation aux méthodes de gestion alternative des espaces publics. Vos
associations de protection de la nature locales peuvent vous accompagner dans
cette démarche !

Exemples de communication

Projet financé par l’agence de l’Eau Loire Bretagne, dans le cadre du contrat territorial « pollutions diffuses » du syndicat mixte du bassin de la Brenne, partenariat avec les associations FNE Centre-Val de Loire, SEPANT et CDPNE.

 

Nos partenaires

Cahier technique

Un cahier technique a été édité en janvier 2022. Vous pouvez retrouver sa version PDF ci-dessous !